Les SuperZeros du PS. Suivez chaque jour les aventures fantastiques du parti socialiste

Accueil > Ze Story > Scoop !!! Le projet socialiste a été chiné à la braderie de Lille

Scoop !!! Le projet socialiste a été chiné à la braderie de Lille

vendredi 1er avril 2011, par

Bien embêtée l’Incroyable Martine ces derniers temps… Elle ne trouvait pas de super-idées pour faire le « super-projet du PS » la pauvre. Elle a bien essayé de les trouver par elle-même, mais depuis tout le temps qu’elle est là, elle n’en a plus beaucoup des idées. Et puis les idées ça n’a jamais vraiment été son fort. Les 35h par exemple, c’était pas vraiment elle, c’était le docteur Gang Banque qui lui avait donné le tuyau (percé). Alors, en désespoir de cause, elle en a parlé à sa concierge lilloise…

Ca se passe il y a quelques semaines, dans l’immeuble de l’Incroyable Martine, à Lille, entre le local poubelle et l’escalier. L’Incroyable Martine est complètement désespérée, elle ne trouve pas son « super-projet ». Elle se décide à tenter le coup auprès de sa concierge : elle parvient toujours à trouver de quoi réparer le vieil immeuble, elle devrait bien avoir une idée pour un vieux parti…

- « Bah bien chûr Madam Incroyab’, faut aller les chiner à la braderie de Lille vos idées ! Avec du vieux on peut faire du neuf ! Tout bon lillois y sait que ch’est à la braderie qu’on trouve les trucs qui existent pu dans le commerce ! ».

C’est la révélation ! Comment l’Incroyable Martine avait-elle pu oublier la braderie ?! Tout bon lillois y aurait pensé immédiatement… Mais c’est vrai que Madame Incroyable n’est pas vraiment lilloise, on l’a parachuté là il y a quelques années, pour prendre la suite de Gros Quinquin socialiste, le super-zéro qui s’occupait de Lille avant mais qui était devenu trop vieux et commençait à faire n’importe quoi avec ses pouvoirs de super-zéro.

Le grand jour est arrivé ! Voici donc l’Incroyable Martine en partance pour la braderie de Lille. Après avoir dû se faire aider pour enfiler son sac à dos qui passait pas à cause de ses gros bras, l’Incroyable Martine se faufile telle une ballerine dans la cohue des rues de Lille un jour de braderie en écrasant élégamment les doigts de pieds des passants.

Après avoir longuement marché, épuisée et assoiffée, l’attention de l’Incroyable Martine est attirée par un stand tout rouge. C’est un stand de vieilles idées de gauche ! ‘Alléluia’ dit l’Incroyable Martine ! Mais le bradeux du stand de vieilles idées de gauche la reprend tout de suite :
- « Pas d’alléluia ici Madame Incroyable, c’est un stand de gauche voyons ! ». Toute gênée, l’Incroyable Martine rougit… enfin verdit.
- « Excusez-moi ça m’a échappé… Je suis à la recherche de vieilles idées de gauche que je pourrais remettre au goût du jour avec un petit coup de peinture ou un truc comme ça. Il m’en faudrait quelques unes pour remplir mon projet du ‘care’ »
- « Je veux bien vous aider, mais il faut être bien clair : ici je n’ai que du vieux, je suis ‘anti-care’. Tout est là. Faites votre choix. C’est du garantie d’origine bien de gauche contrôlée ».
L’Incroyable Martine s’agenouille donc délicatement (…enfin s’écroule à genoux en manquant d’écraser la moitié de l’étalage) et se met à fouiller dans le tas de vieilles idées de gauche. Assez vite elle trouve quelque chose qui lui rappelle des souvenirs.
- « C’est quoi ça ? »
- « C’est un emploi-jeune ça Madame Incroyable. C’est une pièce rare ! Vous les aviez mis en place en 1997 mais ils étaient très couteux et n’ont jamais amené vers des emplois stables. Les anti-care de gauche les ont récupérés, comme souvenir… »
- « Je vous le prend ! Un bon coup de peinture et on pourra appeler ça… ‘emplois d’avenir’ par exemple tiens ! »
C’est fou ce qu’on peut trouver à la braderie ! Toute contente de sa première trouvaille, l’Incroyable Martine replonge dans les vieilleries de gauche. L’Incroyable Martine se saisit avec ses gros doigts d’une petite idée très poussiéreuse.
- « C’est quoi ça ? »
- « Oh là Madame Incroyable ! Faites attention c’est très très très vieux et très fragile ce que vous avez là ! C’est une allocation d’autonomie, ça date de 1936. Les étudiants communistes réclamaient une sorte de salaire pour tous les étudiants. Personne n’y croyait vraiment. Les jeunes de gauche l’ont régulièrement ressortie au cours de l’histoire mais à chaque fois leurs aînés leur ont dit que ce n’était pas raisonnable. »
- « Je vous la prend ! J’ai des jeunes un peu gauchistes dans mon parti, je vais la leur offrir ils seront contents et puis comme ça ils m’aimeront bien. C’est pas facile de parler aux jeunes à mon âge vous savez… »

Et l’Incroyable Martine replongea dans le tas de vieilles idées de gauche. Et elle trouva encore plein d’autres vieilleries comme un « encadrement des salaires » en parfait état, une « réforme fiscale » plaquée or et un « encadrement des loyers » de fabrication soviétique. Elle était contente l’Incroyable Martine. Elle fourra tout ça dans son sac à dos, demanda que l’on l’aide à le ré-enfiler (à cause de ses gros bras) et l’Incroyable Martine reprit la route. Elle se disait que ses copains les super-zéros aller être bien contents quand ils verraient tout ca ! Pour une fois c’est elle qui serait mise sur le devant de la scène, mais avant il fallait qu’elle boive une ptite pression parce qu’elle avait bien bossé.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.