Les SuperZeros du PS. Suivez chaque jour les aventures fantastiques du parti socialiste

Accueil > Ze Story > Les socialistes n’aiment ni les maths, ni les riches, ni la fiscalité (...)

Les socialistes n’aiment ni les maths, ni les riches, ni la fiscalité !

vendredi 9 décembre 2011, par Cyprien

Nous savions que les socialistes n’étaient pas à l’aise avec les chiffres, particulièrement Didier Migaud, le président de la commission des finances de l’Assemblée Nationale, mais là… c’est à se demander si le pôle étude du Parti Socialiste n’est pas en train d’expérimenter la légalisation du Cannabis, voulue par Martine Aubry.

Dans l’exercice bien rôdé de contestation systématique, les hommes et les femmes de la Rue de Solférino dénoncent les 75 miliards de prétendus « cadeaux faits aux riches » par Nicolas Sarkozy. (Cf journal Libération)
Quand on regarde dans le détail, il y a de quoi être un peu surpris. Ils dénoncent notamment :

- La détaxation des heures supplémentaires, estimée à 22 milliards d’euros par les experts de la rue de Solférino, touche 9 millions de français appartenant pour la plupart aux classes moyennes, est-ce réellement un cadeaux aux plus riches ?

- La baisse de la TVA dans la restauration, passant de 19,6% à 5,5%, coûte selon le PS 9 milliards d’euros. C’est bien connu, les tenants de bistrots et leurs richissimes clients sont tous de riches milliardaires.

L’ensemble des arguments utilisés par le PS semblent d’une approximation déconcertante. L’amateurisme avec lequel ils dénoncent la politique fiscale mise en place depuis 4 ans ne semble d’avoir d’égal que leur incapacité à chiffrer leurs propres propositions.

On se souvient de François Hollande qui avouait ne "pas aimer les riches", désormais on sait qu’il n’aime pas non plus les mathématiques.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.