Les SuperZeros du PS. Suivez chaque jour les aventures fantastiques du parti socialiste

Accueil > Ze Story > Hollande et les 60000, c’est l’équation impossible !

François Hollande et le PS dans les Sous-Doués

Hollande et les 60000, c’est l’équation impossible !

jeudi 3 novembre 2011, par

L’annonce de François Hollande de créer 60000 postes de fonctionnaires dans le seul corps de l’Education nationale fait grand bruit. Chiffrée à 2,5 milliards par le candidat mais déchiffrée en réalité à 7,5 milliards d’euros, cette proposition pose plusieurs questions. Jusqu’où ira le candidat Hollande dans ses propositions hasardeuses ? François Hollande, notre Super Moyen, est-il réellement sous-doué ? Les rédacteurs de Planet Zéros sont allés enquêter.

Toujours plus de fonctionnaires et irrémédiablement plus d’impôts, voila une belle proposition [de] gauche. Rien de neuf sous le soleil. Mais au fait, cette solution est-elle solvable ? Comment ? Combien coûte-t-elle vraiment ? François Hollande sait-il (encore) compter ?

Création de postes ou compensation de postes supprimés ?

François Hollande a, dans un premier temps, commencé par expliquer que ce serait des créations de postes. 60000, rien que dans l’éducation nationale. Cela a d’ailleurs laissé Martine Aubry, The Incroyable Martine, perplexe. Dans un second temps, se rendant compte de l’infaisabilité de cette proposition, Michel Sapin est parti (valeureusement) défendre son poulain : "bien entendu, [la création de 60 000 postes] est compensée par des baisses de postes ailleurs. L’idée est de ne pas augmenter le nombre de fonctionnaires".
Premier hic.

François Hollande oublie le reliquat

Sur le financement, François Hollande a chiffré cette mesure à 2,5 milliards d’euros sur cinq ans, en oubliant d’ajouter d’année en année le reliquat de ce que coûterait la création de postes au fur et à mesure. Il a ainsi oublié, dans son calcul, la bagatelle de 5 milliards d’euros ! Cette mesure coûterait 7,5 milliards d’euros sur cinq ans... Deuxième hic.

Plus de 100 milliards d’euros sur 50 ans

Sans oublier le coût supplémentaire lié au paiement des retraites de ces 60000 nouveaux fonctionnaires de l’Education nationale. Comme le confirme Valérie Pécresse, cette proposition reviendrait alors à plus de 100 milliards d’euros sur les 50 prochaines années. Vous avez dit broutille..? Troisième hic.

François Hollande nous vend du rêve

Dans la mesure où, comme le dit Michel Sapin, ces 60000 postes de fonctionnaires dans l’Education nationale seront des remplacements de postes supprimés, il y a là encore un problème : comme le rappelle Maryline Baumard sur son blog, il n’existe pas "tant de choix que cela s’il faut couper dans la fonction publique d’état. L’Education nationale reste le plus gros employeur. Les deux autres ministères qui présentent les bataillons les plus importants sont la Défense et l’Intérieur. Le premier ministère a déjà été largement ponctionné depuis 2007 pour permettre de remplacer 58 % des départs en retraite à l’éducation plutôt que les 50 % attendus. Pour le reste, le programme PS prévoit la création de 10000 postes de policiers et gendarmes ." Quatrième hic !

Diffusez ce document autour de vous

- Diffusez sur Twitter
- Diffusez sur Facebook

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.